Bannière d'image de page

Qu’entend-on par « disparité salariale entre les sexes »?

La disparité salariale ou l'écart salarial entre les sexes est la différence entre les salaires des hommes et ceux des femmes. L'écart peut être mesuré de différentes manières, mais la plus courante consiste à analyser les salaires des employés à temps plein sur une année. Il est également possible de calculer la disparité salariale en comparant les salaires annuels des travailleurs à temps plein et à temps partiel et en comparant le salaire horaire des travailleurs à temps plein et à temps partiel. Ces méthodes de calcul produiront des résultats différents. Cependant, quelle que soit la méthode de calcul choisie, l'écart salarial demeure un problème pour de nombreuses femmes.

Les plus récentes données de Statistique Canada (2011) révèlent que l'écart salarial entre les sexes en Ontario est de 26 p. 100 pour les employés à temps plein sur une année. Cela signifie que pour chaque dollar gagné par un travailleur, une travailleuse gagne 74 cents. En 1987, lorsque la Loi sur l'équité salariale a été adoptée, l'écart salarial entre les sexes atteignait 36 p. 100. La disparité salariale se réduit lentement. Le Bureau de l'équité salariale poursuit ses efforts continus en vue de surveiller et corriger la disparité salariale pour les travailleuses de l'Ontario.

Selon le Rapport 2017 du Forum économique mondial sur l'inégalité salariale entre hommes et femmes, le Canada se classe au 16e rang, sur 144 pays examinés. D'après les tendances de 2017, l'écart salarial global pourrait être éliminé dans 100 ans, dans les 106 pays étudiés, depuis l'introduction de l'Indice (comparé à la projection de 83 ans en 2016).

Facteurs contribuant à la disparité salariale entre les sexes :

Il ressort de la recherche que la disparité salariale peut être tributaire de plusieurs facteurs, dont les suivants :

  • le fait que les femmes souhaitent ou doivent quitter et réintégrer le marché du travail pour s'occuper de leur famille, ce qui entraîne une perte d'ancienneté, de possibilités d'avancement et de salaire, ou parce qu'il est plus probable qu'elles travaillent à temps partiel pour s'acquitter de ces responsabilités que les hommes;

  • le fait que les femmes se heurtent à de la ségrégation professionnelle dans des emplois traditionnellement sous-évalués et mal payés, comme les services de garde d'enfants et le travail administratif, où les emplois à prédominance féminine sont moins valorisés même s'ils exigent des compétences égales (ou supérieures);

  • le fait que les femmes soient traditionnellement considérées comme ayant des niveaux de scolarité moins élevés. Ce facteur perd de l'importance, car un nombre plus élevé de femmes atteignent tous les niveaux de scolarité, bien que l'écart salarial entre les sexes existe même à l'égard de femmes qui ont atteint des niveaux élevés de formation;

  • le fait qu'il soit moins probable que des femmes travaillent dans des milieux syndiqués;

  • le fait que les femmes soient souvent sous-représentées dans des postes de leadership;

  • le fait que les femmes fassent l'objet de discrimination ou de « préjudices inconscients » dans les pratiques d'embauche, de promotion et de rémunération de leur lieu de travail.

La Loi sur l'équité salariale com​me politique d'intervention

Les statisticiens attribuent de 10 à 15 p. 100 de l'écart salarial à la discrimination. Les gouvernements appliquent de nombreuses options en matière de politiques pour réduire les divers facteurs de l'écart salarial. En Ontario, la Loi sur l'équité salariale touche la partie de l'écart la discrimination systémique fondée sur le sexe dans les pratiques de rétribution des employeurs. La Loi impose aux employeurs la responsabilité d'établir et de maintenir des pratiques de rétribution assurent l'équité salariale en comparant les catégories d'emploi féminines et masculines, et en ajustant le taux des catégories d'emplois féminines afin qu'ils soient au moins égal à ceux des catégories d'emploi masculines comparables basées sur l'habilité, l'effort, la responsabilité et les conditions de travail.

Presque toutes les provinces du Canada et le gouvernement fédéral traitent la discrimination fondée sur le sexe dans leurs pratiques de rétribution. On peut consulter un sommaire récent des initiatives d'équité salariale au Canada à : Survol de la parité salariale dans diverses administrations au Canada​​.

Le Bureau de l'équité salariale fait partie des organismes qui visent à réaliser les engagements nationaux de l'Ontario et internationaux du Canada aux termes des conventions des Nations Unies et de l'Organisation internationale du Travail concernant les normes de travail et d'équité au travail.​

19 avril 2016

8 octobre 2015

20 avril 2015